Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marc

Le Sang des fleurs

Le sang des fleurs
Johanna Sinisalo

Enkelten verta (2011) - traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

Actes Sud, 2013

Je vais commencer ce post en râlant contre la manie, très fréquente dans l'hexagone, de traduire les titres de travers. Le vrai titre de ce roman de Johanna Sinisalo est en effet Le Sang des anges, et non Le Sang des fleurs. Ceci étant, il aurait pu aussi s'intituler Le Sang des abeilles, car elles sont une des figures centrales du récit.

C'est avec elles que tout commence. Précisément avec une reine morte et une ruche désertée par la colonie qui l'habitait. Cela n'est pas vraiment de la fiction car de telles disparitions de colonies ont eu lieu depuis 2006 de par le monde. Les Etats-Unis ont été le premier pays touché par ce CCD (Colony Collapse Disorder ou syndrome d'effondrement des colonies). L'anticipation dans lequel se projette ce roman, très écologique quant à sa thématique, n'est donc pas si poussée ou imaginaire. Nous ne sommes d'ailleurs qu'en 2025 (le roman a été publié en Finlande en 2011), autant dire demain.

Orvo est l'apiculteur amateur, par ailleurs propriétaire et gérant imaginatif d'une entreprise de pompes funèbres, qui a constaté cette disparition. Bientôt suivi d'une deuxième. Orvo a élevé seul son fils Eero et celui-ci a depuis peu quitté la maison pour suivre ses études en ville. Familier de l'informatique et des réseaux, il milite activement pour le respect de la vie animale, sous toutes ses formes. Activement voire radicalement, au travers de son blog et au-delà.

La mort, ou plutôt les disparitions inexpliquées qui frappent les colonies d'abeilles ne sont pas sans conséquences. A l'époque de ce récit, elles ont pris une telle ampleur sur le continent américain que les production agricole se sont toutes effondrées, privées de leur indispensables insectes pollinisateurs, et les plus grandes puissances ne sont plus en mesure d'assurer leur substance alimentaire, enclenchant la spirale des catastrophes. Ce que va vivre Orvo, va faire être comme un écho des bouleversements qui se jouent à l'échelle planétaire.

Le récit et le style que nous propose Johanna Sinisalo pourra déplaire à certains qui reprocheront aux personnages leur radicalisme écologique et y trouveront de vagues relents d'une pensée new-age inavouée. Ce serait faire fi de la documentation et des faits précis sur lesquels s'appuie l'auteur (et dont elle donne les références) comme de l'approche critique des thèses et des positions auxquels elle soumet ses personnages.

En tout cas, il se pourrait bien qu'à l'issue de cette lecture, vous ne regardiez plus les abeilles d'un même œil et que vous prêtiez une autre oreille aux propos perçus comme inutilement alarmistes de nombre d'apiculteurs.

--------------------------------------------------------------------------------------

Un article paru dans la presse locale (Midi-libre) qui confirme l'actualité du Sang des fleurs

Languedoc-Roussillon : des millions d’abeilles décimées par intoxication

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article