Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marc

Purge

Purge
Sofi Oksanen

Traduit du finnois par Sébastien Cagnoli (Puhdistus, 2008)

Stock, 2010

Sofi Oksanen, d'origine finnoise et estonienne, écrit en finnois, une langue proche de l'estonien, et c'est dans l'histoire récente de l'Estonie que nous plonge le récit de Purge.

Aliide Tuur vit seule dans sa ferme au lendemain de l'indépendance. Elle ne semble guère aimée de ses voisins et le leur rend bien devine-t-on. Un beau matin, elle trouve Zara, effondrée dans sa cour, visiblement en fuite. Méfiante, Aliide finit par recueillir Zara et s’occuper d'elle. Celle-ci dit fuir son mari et parle estonien d'une façon un peu étrange, ancienne... Petit à petit les deux femmes vont se découvrir et jour après jour les vieux secrets vont ressortir de terre. Nous découvrirons alors avec elles que le présent plonge alors ses racines dans l'histoire. Ici, ce sont celles de la guerre, des occupations successives, germanique ou soviétique. Les acteurs changent mais l'histoire, inexorablement se poursuit, encouragée ou pas par les hommes, les femmes, les enfants, par la forêt et par la faim.

Au cœur de l'histoire, celle que l'on affuble d'un "h" majuscule, dans l’œil de son cyclone, les peurs, les jalousies, les nostalgies et les espoirs fous se chargent de tisser les vies, de les vouer à l'oubli puis de les ressusciter. C'est tout cela que nous raconte Purge qui tient à la fois du roman de l'histoire, du récit d'apprentissage et du roman noir.

Trois voix se croisent sans cesse pour nous livrer chacune leur part d'illusion, de mensonge et de vérité ou d'authenticité, celles d'Aliide et celles de Zara, mais aussi celle de Hans qui résonne comme une basse continue à l'arrière plan, liant les personnes entre elles à leur insu et les inscrivant toutes dans la lumière crue de l'Histoire. Nul coup de théâtre dans ce récit où l'horreur n'est jamais loin, où la peur est partout diffuse, mais le lent déroulement d'un ressort que deux sœurs ont armé sans même s'en rendre compte.

Si la littérature finlandaise se limite pour vous au rire d'Arto Paassilinna, découvrez Sofi Oksanen, une voix complètement différente, peut-être plus estonienne que finnoise, mais de toute façon magistrale

Sofi Oksanen sera de la prochaine Comédie du livre à Montpellier.

Commenter cet article