Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une chambre dans un motel sinistre, no man’s land pour une rencontre.

Lee, une balle dans le ventre découvre Wild, médecin en fuite, à son chevet.

Deux paumés. Deux naufragés de la vie aux rêves inaboutis, condamnés à affronter ensemble le pire : fuir pour disparaître et vouloir exister.

Lee et Wild risquent l’aventure pour tenter d’inverser leurs destins.

Mais, vers quoi marcher lorsque le passé étrangle les mots qu’on pourrait échanger, retient les gestes qui rapprochent et asphyxie l’espoir ?

Dans les romans de Chris Womersley, nous partageons des errances noires et lumineuses, elles poussent ses personnages sur des chemins gravés par leur histoire …

Dans la fuite éperdue des deux hommes, tout est inscrit, et pourtant, le récit nous tient, souffle court, à la limite d’une possible éclaircie : Chris Womersley a le talent de nous faire croire à l’impossible, jusqu’à ce que l’inévitable dicte sa violence.

Alors, la solitude des personnages s’impose, bouleversante.

Et lorsque, au bout du roman, au bout de la route, au bout de cette « mauvaise pente », la neige recouvre le monde, Chris Womersley offre à la tragédie qui s’achève un décor-linceul où des arbres s’alignent « comme un groupe de pleureuses », un nulle-part sans limites, un dernier acte sublimé par la beauté d’une écriture à la limite du soutenable.

Monique M

Publié après le magnifique « Les affligés » (2012), édité récemment en poche, « La mauvaise pente » est le premier roman de l’auteur .

La mauvaise pente
Chris Womersley

Traduit de l'Anglais (Australie) par Valérie Malfoy

Albin michel

La mauvaise pente

Commenter cet article