Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Marc O

Le violoniste

Le violoniste dont nous suivons la disparition était l'une des étoiles du conservatoire de Moscou, un jeune prodige produit par la grande école russe de violon. Nous sommes en 1948 et Ilya Grenko semble au sommet de son art. Baignant dans la musique (le livre s'ouvre sur les dernières mesures du concerto de Tchaikovski), il baigne aussi dans le bonheur, avec sa femme, comédienne qui elle aussi connaît le succès dans l'Union soviétique stalinienne, et ses deux enfants. Mais Ilya va commettre une erreur en ces temps où la guerre froide s'impose au monde : il va solliciter l'autorisation pour que sa femme et ses enfants l'accompagne lors de sa prochaine tournée internationale qui doit le conduire à Vienne. Cet acte sera le début de la fin. Arrestation, confiscation du stradivarius - un héritage familial qui fut offert en son temps par le tsar - mise au secret, bannissement... la plongée dans l'univers du goulag n'aura pas de fin.

Cette histoire ressurgit des années plus tard, en Allemagne où vit le petit fils du violoniste, qui ignore tout de l'histoire de son aïeul. Petit à petit les fils se retissent, le cours de l'histoire se déroule à nouveau, révélant les intrigues politiques et affairistes auxquelles l'histoire de ce violon inestimable qui semble avoir disparu est aujourd'hui lié.

Une écriture efficace, en dépit peut-être de quelques ficelles et clichés, et un tableau assez terrifiant des coulisses du pouvoir et de la société soviétique puis russe de ces 65 dernières années, même si la "contextualisation" fait parfois un peu défaut si l'on ne connaît pas trop l'histoire de cette période (jdanovisme, guerre froide, ouverture des camps, etc.).

Un roman somme toute classique mais fort bien fait, qui accroche dès les premières pages et ne vous lâche qu'au petit matin, après une nuit de lecture...

Marc O.

Le violoniste
Mechtild Borr
mann

traduit de l'allemand par Sylvie Roussel

Editions du Masque, 2014

Commenter cet article