Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Janina Doucheyko vit sa retraite, isolée du monde, dans un petit village au fond des Sudètes , déserté lorsque l’hiver, le froid et la neige éloignent vers la Tchéquie voisine ceux qui ne sont là qu’aux beaux jours.

Elle se fait alors gardienne de maisons vides et sa vie s’articule autour de ceux qui restent : des hommes et des femmes qu’elle renomme pour les accorder à sa perception du monde.

Seules comptent pour elle les Maisons du ciel. Passionnée de William Blake et d’astrologie elle puise dans « la matrice » du ciel les correspondances qui tracent les vies et suppriment les frontières entre l’homme, la nature et l’animal.

Aussi, lorsque des meurtres mystérieux bousculent l’ordre ordinaire des choses, celui que revendique le monde des notables et des chasseurs pour y exercer leur pouvoir, Janina se lance dans une enquête où il est question de vengeance animale.

Se fiant au « consentement » des planètes, elle passe d’autres frontières pour rendre les choses possibles : visions, rêves, poésie et légendes nourrissent ses théories et ses accusations.

Douce sorcière pétrie d’humanité, pour qui penser remplace la prière, elle renvoie les hommes à leur barbarie.

On se moque, on la prend pour une folle, bien sûr …….

Faux polar auréolé de fantastique, le récit plonge froidement, implacablement, vers son dénouement, dans un réalisme qui sonne comme une claque, efface le décalage qui nous préservait et, tel un boomerang, nous renvoie à nous-mêmes.

M Martin

Olga Tokarczuk

Sur les ossements des morts

Libretto

Traduit du Polonais par Margot Carlier

Sur les ossements des morts
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article