Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les vies des poètes sont-elles semblables aux nôtres? Nous, peut-être, qui lisons, les yeux fermés aux vicissitudes existentielles, pourrions en douter.

Qu'une famille se délite, élimée par le temps jusqu'à se déchirer, la belle affaire serait-on tenté de dire. Ce serait mésestimer la violence de ce que Paule du Bouchet alors enfant a vécu quand sa mère si fort désirée,

Tina Jolas, quittera le poète André du Bouchet pour rejoindre un certain René Char.

Ce serait certainement une autre erreur que de minimiser l'incidence strictement littéraire de cet épisode.

Car, de part et d'autre c'est encore de poésie qu'il s'agit.
Il suffit de lire la correspondance de Tina avec son amie intime Carmen Meyer pour mesurer la puissance évocatrice de son verbe. Serait-ce par trop forcer le trait que prétendre que Tina parfois fait penser à A.Artaud en ses embrasements.

À cette voix "emportée"la délicatesse toute en retenue bruissante des souffrances de l'enfant, Paule offre
un contre-point bouleversant. De R.Char monstre d'égoïsme, drapé en la posture du Commandeur donjuanesque Paule murmure "...je savais qu'il ne donnerait rien. Avec sa main il m'achetait ma mère"
Au fond les vies des poètes sont peut-être et malgré tout semblables aux nôtres

CB

 

Paule du Bouchet

Emportée

Suivi d'une correspondance de Tina Jolas et Carmen Meyer

Ed Des Femmes

Nouvelle édition augmentée

Paule du Bouchet

Après avoir enseigné la philosophie, Paule du Bouchet s’oriente vers l’édition et la littérature de jeunesse. Musicienne, elle crée le département Musique de Gallimard et dirige la collection de livres lus «Écoutez lire».

Elle a écrit de nombreux romans et albums pour la jeunesse dont, entre autres, Chante, Luna (2004), Le Journal d’Adèle (2007) ainsi que Debout sur le ciel (2018) un récit dédié à son père André du Bouchet.

Emportée
Paule du Bouchet

Paule du Bouchet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Françoise Molénat 09/04/2020 20:39

la fidélité à soi est le plus bel héritage que l'on puisse faire à ses enfants, P du B en parle avec la plus grande pudeur, au-delà de la douleur

Françoise Molénat 09/04/2020 20:38

Je partage votre commentaire. Plus, ce livre pudique, qui restaure l'image d'une mère fidèle à elle-même, dans l'embrasement et dans la douleur, remet en place l'essentiel de ce qu'un enfant peut attendre d'un parent. Derrière l'abandon apparent, aucun renoncement à l'intransigeance des sentiments. Un bel héritage.